Prostituée Loire

prostituée loire La prostituée de Loire de Laurent Sourcier est la dix-neuvième de la série De Rigo et est écrite en français. Comme les autres livres de la série, celui-ci se déroule à Paris et concerne la vie de la belle veuve aristocratique, Madame Dubarry, qui vit dans le quartier exclusif de Versailles. Elle est assistée de son fidèle majordome, Jean Baptiste, en qui elle a pleinement confiance en raison de leur relation de longue date. Madame Dubarry tombe amoureuse de la jeune comtesse Maxime de Rigo, dont la rumeur dit dans le quartier qu’elle n’est rien de moins qu’une comtesse douairière. Lorsqu’une lettre est découverte dans le courrier prétendant que Mme Dubarry a été infidèle à son mari, elle s’enfuit rejoindre sa sœur à la campagne où les sœurs entament une liaison illicite avec le duc de Nemours, prince de la Déserte.

En attendant, Maxime s’enfuit, et Madame Dubarry assume le rôle d’agent secret français afin de retrouver le comte. En chemin, les deux femmes se rencontrent et tombent amoureuses. Les choses tournent mal lorsque l’employeur de Maxime, le général de Moustache, se rend compte qu’il se fait ridiculiser son argent, et envoie son meilleur assistant, Sir Walter Attenborghou, arrêter le comte pour suspicion de courtage pour les affaires militaires. Cependant, le général est bien en avance sur les dames en entrant dans l’hôtel où logent le comte et Mme Dubarry, où elle se faufile et constate que les femmes de chambre ont déjà été soudoyées et exploitées. Attenborghou entre alors et tue la vieille femme et attaque le comte.

Le reste du roman détaille les conséquences, y compris la tentative de suicide de Maxime par pendaison. L’enquête qui s’ensuit amène les détectives à conclure que Maxime a effectivement été assassiné par son propre amant et que le meurtre du général a été organisé de manière à ce que le gouvernement puisse prendre le contrôle de l’argent que gagnent les prostituées. Ainsi, le roman se termine par le chef d’accusation pour meurtre, et Attenborghou est promu à la tête de l’agence de détective qui enquête sur les personnes disparues. Il est clair que c’était un livre magnifiquement écrit digne de toute sorte de prix, et je le recommande de tout cœur à tout amateur de fiction policière. «Coucher avec les saints» est un autre exemple d’éclat dans l’écriture, et je vous recommande de vérifier ce qui se passe après l’arrestation du comte.